>Home >Hypnose >Index
  Pratiquer
Se prendre en main
     
  Associations Découvrez les associations en cliquant ici
     
  Actualité Toute l'actualit╚ en un seul clic!
     
  Liens Liens utiles
     
  Pratiquer Se prendre en main
     
  Eduquer Mieux ═tre pour mieux apprendre
     
  Soigner Quelle th╚rapie?
     
  Être átre philosophe...
     
  Relaxation & Méditation Relaxation par Dr Schultz, Dr Jacobson et le prof. Benson
     
  Conseils Conseils pour approfondir !
     
  Audios & Vidéos Vid╚os de relaxation pour votre bien ═tre !
     
  Comment évaluer l'éfficacité de l"hypnose ?
   
 

Comment évaluer l'efficacité de l'hypnose ? rapport de l'INSERM du 8 septembre 2015 :

« L'évaluation de l'efficacité de la pratique de l'hypnose » a été proposée dans un rapport remis au Ministère de la santé par des chercheurs de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm, Bruno Falissard, Juliette Gueguen & col.) qui ont évalué l'efficacité de l'hypnose dans le traitement de plusieurs pathologies. Leur analyse concerne 52 essais cliniques avec hypnose.

Les études montrent une efficacité de l'hypnose pour le traitement du syndrome de colon irritable avec limitation des symptômes digestifs.
L’usage de médicaments antalgiques ou sédatifs peut être réduit grâce à l'hypnose lors d'interventions chirurgicales sous anesthésie locale ou générale.
Les données ne prouvent pas l’avantage de l’hypnose dans le syndrome de stress post traumatique par rapport aux thérapies cognitivo-comportementales (TCC) et l’EMDR qui sont les plus efficaces dans ce cas.
Les données actuelles restent insuffisantes pour la majorité des autres applications de l’hypnose, notamment dans : prise en charge de la douleur pendant l’accouchement, prévention de la dépression post-partum, schizophrénie, sevrage tabagique et soins dentaires.

Le rapport souligne que « Nonobstant les chartes éthiques déjà mises en place à ce jour, la législation en France est toujours vague : l’hypnose peut être proposée autant par des non professionnels de santé comme par le personnel médical. » En effet le terme d'hypnothérapeute n'est pas protégé et les formations sont autant dispensées par les facultés que par des organismes privés ou associatifs non médicaux. L'Inserm recommande la « création d’un système de surveillance pour recueillir les données issues du terrain, mais surtout pour éviter le risque inhérent à tout recours alternatif aux thérapeutiques non conventionnelles : celui de retarder ou d’entraver l’accès à des soins conventionnels qui seraient par ailleurs nécessaires ».

http://www.inserm.fr/espace-journalistes/comment-evaluer-l-efficacite-de-l-hypnose

Cliquez ici ! Retour

 

 
Audios et Vidéos
pour mieux être
Cliquez !
 

 
 
Qi gong